Concours 2019 - L’Auberge des Sablons    Patrimoine   Le bâtiment de l’école des Sablons possède une valeur patrimoniale indéniable. Outre son classement de bâtiment « pittoresque » et digne de protection selon le recensement cantonal, la carte thématique "Neuchâtel et ses identités" des objectifs d’aménagement de la ville qualifie l’édifice d’"objet architectural de valeur dans son site". L’architecture de sa façade est un bel exemple du style historiciste local du tournant du siècle, une relique de l’époque où les chemins de vignes faisaient bientôt la place aux rues.  Le projet conserve strictement la volumétrie actuelle ainsi que les façades, sauf quelques exceptions décrites plus loin. La piste d’un agrandissement du volume, possible légalement, dénaturerait l'architecture du tout et n’est donc pas empruntée. Le toit est reconstruit à l’identique.      Vision pour Neuchâtel   Outre cette stratégie de conservation du patrimoine, il nous faut considérer les enjeux fonctionnels et culturels de la future auberge de jeunesse de Neuchâtel. Haute efficience énergétique, accessibilité et normes de constructions actuelles font partie du cahier des charges.  La conservation des planchers et murs intérieurs supposerait une planification et une exécution onéreuses, de l'incertitude dans le respect des délais et des coûts, et ceci sans plus-value suffisante.  Un aspect primordial de ce projet, trop peu évoqué, est la vocation culturelle de l’auberge de jeunesse. Celle-ci est une formidable carte de visite pour Neuchâtel, ville de formation, d’innovation et de séjour.  La structure intérieure est éliminée au profit du confort et de l’attractivité du lieu.  Adieu l’école, place à l’Auberge des Sablons!     Construction de qualité, écologique et économique   Après l’élimination complète des éléments intérieurs, une construction modulaire de parois et de planchers en bois vient s’insérer entre les murs centenaires préservés. Ce mode constructif modulaire met l’accent sur la préfabrication en usine, il est donc économique et très rapide d’exécution. L’ensemble obtient stabilité et autonomie structurelle par l’assemblage des modules horizontaux et verticaux. Seuls le radier et la gaine d’ascenseur sont réalisés en béton armé. La composition et les détails de raccordements des parois et des planchers sont conformes aux exigences élevées d’isolation thermique et phonique ainsi que de protection incendie. Le chauffage au sol et la ventilation mécanique participent également au confort des résidents.  Le choix du bois comme principal matériau de construction est tourné vers la région et vers l'avenir. La capture du CO2 par le matériau et sa production dans les forêts de l'arc jurassien, ainsi que son assemblage par l'industrie locale et son recyclage en fin de vie sont les principaux avantages du bois. Ce mode constructif favorise le choix de matériaux à faible empreinte carbone, et exempts de solvants. Tous ces aspects, combinés à un approvisionnement en énergie 100% renouvelable, une installation photovoltaïque, un renouvellement d’air automatique et un monitoring énergétique, permettent d’obtenir le label Minergie P Eco.      Installations: principe et utilisation simples   Dans les nouveaux combles, isolés, cinq monoblocs de ventilation à récupération de chaleur alimentent les différents secteurs de l’auberge. La prise d’air frais et le rejet d’air vicié se font directement en toiture. La distribution se fait par des gaines bien dimensionnées d’un mètre carré de section, puis horizontalement par des faux plafonds. Un chauffage à copeaux de bois est proposé. Le grand local technique et le local de stockage au sous-sol, ainsi que leur situation proche de l’aire de livraison, s’y prêtent particulièrement. Le pan sud du toit est équipé de panneaux photovoltaïques intégrés à fleur.   Ouverture et diversité   Le rez-de-chaussée, voué à contenir toute l’effervescence de l’auberge, est conçu comme une grande halle ouverte, prolongée à l’extérieur par une belle terrasse. L’absence de séparation fixe permet une grand flexibilité pour l’organisation, par exemple, d’une soirée cinéma ou d’un bal. La symétrie et la massivité de la structure en bois soulignent le caractère communautaire de l’espace. Derrière la halle se trouvent la cuisine et la réception, ainsi que le séjour « lounge ». Le cheminement du personnel est conçu de manière à interférer le moins possible avec les flux de visiteurs. Un meuble sculptural et articulé sert d’interface entre les espaces servants et l’espace servi. Sa géométrie irrégulière rompt avec la symétrie de la halle, elle définit des sous-espaces tout en les reliant entre eux. Ainsi, il favorise l’échange et les regards entre les résidents.      Intimité et convivialité   La rencontre et la solitude sont deux aspects du voyage qui se côtoient étroitement. L’une ne doit pas être favorisée aux dépends de l’autre : que l’on veuille écrire une carte ou faire une sieste, lire un livre au salon ou se retrouver au bar, les besoins d’intimité et de convivialité coexistent en chaque résident. Le projet porte une grande attention à répondre à tout ce spectre de besoins. En chambre, les lits sont conçus comme des cocons de confort et de privacité, surtout dans les chambres de type « L ». Chaque chambre dispose de son petit bureau et d’un espace de séjour. L’entrée fait office de sas entre chambre et couloir. Au rez-de-chaussée, le séjour « lounge » offre une atmosphère intimiste et plus calme que dans la grande halle.     Interventions en façade   Les fenêtres sont remplacées par des triples vitrages, les stores et les garde-corps sont discrets et conçus de manière à conserver une cohérence architecturale d'ensemble. L'unique nouvelle ouverture en façade, qui mène à la terrasse, est clairement identifiable comme une intervention ultérieure. Cependant, son encadrement en béton est dessiné de manière à s'intégrer dans la composition d'ensemble. Certains éléments non originaux et obsolètes tels que le pont d’accès au nord et l’avant-toit de l’entrée sont éliminés. En guise de remplacement de ce dernier, une construction filigrane et intégrée dans l’embrasure de la porte est proposée, afin de ne pas perturber la lecture de la façade.      Accessibilité et sécurité   La vocation publique de l’Auberge des Sablons implique la prévention de toute discrimination. Le projet en fait une priorité. Concrètement, il va au-delà des exigences du concours: l’intégralité des chambres et de leurs salles de bains, ainsi que les circulations y menant sont accessibles conformément à la SIA 500. L’organisation du plan sans demi-étages, avec une entrée secondaire à niveau, permet une utilisation aisée aux personnes avec handicap. La disposition de la cage d’escalier et de la sortie de secours est aussi un atout pour l’évacuation du bâtiment, car elle libère le foyer des contraintes liées aux chemins de fuite.      Aménagements extérieurs   Aux deux axes d’arrivée, des rangées d’arbres et de plates-bandes guident le visiteur, mettent en valeur et délimitent les espaces extérieurs. L’aire de jeux est sur la place principale, sa configuration exacte est laissée libre à ce stade du projet. La situation de l’entrée principale est maintenue. L’entrée secondaire à l’arrière est accessible en chaise roulante, sert d’accès pour les livraisons et de sortie de secours.     Equipe: Laurent Nicolet, Patrick Meier
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 1.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 2.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 3.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 4.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 5.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 9.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 10.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 11.jpg
       
     
  Concours 2019 - L’Auberge des Sablons    Patrimoine   Le bâtiment de l’école des Sablons possède une valeur patrimoniale indéniable. Outre son classement de bâtiment « pittoresque » et digne de protection selon le recensement cantonal, la carte thématique "Neuchâtel et ses identités" des objectifs d’aménagement de la ville qualifie l’édifice d’"objet architectural de valeur dans son site". L’architecture de sa façade est un bel exemple du style historiciste local du tournant du siècle, une relique de l’époque où les chemins de vignes faisaient bientôt la place aux rues.  Le projet conserve strictement la volumétrie actuelle ainsi que les façades, sauf quelques exceptions décrites plus loin. La piste d’un agrandissement du volume, possible légalement, dénaturerait l'architecture du tout et n’est donc pas empruntée. Le toit est reconstruit à l’identique.      Vision pour Neuchâtel   Outre cette stratégie de conservation du patrimoine, il nous faut considérer les enjeux fonctionnels et culturels de la future auberge de jeunesse de Neuchâtel. Haute efficience énergétique, accessibilité et normes de constructions actuelles font partie du cahier des charges.  La conservation des planchers et murs intérieurs supposerait une planification et une exécution onéreuses, de l'incertitude dans le respect des délais et des coûts, et ceci sans plus-value suffisante.  Un aspect primordial de ce projet, trop peu évoqué, est la vocation culturelle de l’auberge de jeunesse. Celle-ci est une formidable carte de visite pour Neuchâtel, ville de formation, d’innovation et de séjour.  La structure intérieure est éliminée au profit du confort et de l’attractivité du lieu.  Adieu l’école, place à l’Auberge des Sablons!     Construction de qualité, écologique et économique   Après l’élimination complète des éléments intérieurs, une construction modulaire de parois et de planchers en bois vient s’insérer entre les murs centenaires préservés. Ce mode constructif modulaire met l’accent sur la préfabrication en usine, il est donc économique et très rapide d’exécution. L’ensemble obtient stabilité et autonomie structurelle par l’assemblage des modules horizontaux et verticaux. Seuls le radier et la gaine d’ascenseur sont réalisés en béton armé. La composition et les détails de raccordements des parois et des planchers sont conformes aux exigences élevées d’isolation thermique et phonique ainsi que de protection incendie. Le chauffage au sol et la ventilation mécanique participent également au confort des résidents.  Le choix du bois comme principal matériau de construction est tourné vers la région et vers l'avenir. La capture du CO2 par le matériau et sa production dans les forêts de l'arc jurassien, ainsi que son assemblage par l'industrie locale et son recyclage en fin de vie sont les principaux avantages du bois. Ce mode constructif favorise le choix de matériaux à faible empreinte carbone, et exempts de solvants. Tous ces aspects, combinés à un approvisionnement en énergie 100% renouvelable, une installation photovoltaïque, un renouvellement d’air automatique et un monitoring énergétique, permettent d’obtenir le label Minergie P Eco.      Installations: principe et utilisation simples   Dans les nouveaux combles, isolés, cinq monoblocs de ventilation à récupération de chaleur alimentent les différents secteurs de l’auberge. La prise d’air frais et le rejet d’air vicié se font directement en toiture. La distribution se fait par des gaines bien dimensionnées d’un mètre carré de section, puis horizontalement par des faux plafonds. Un chauffage à copeaux de bois est proposé. Le grand local technique et le local de stockage au sous-sol, ainsi que leur situation proche de l’aire de livraison, s’y prêtent particulièrement. Le pan sud du toit est équipé de panneaux photovoltaïques intégrés à fleur.   Ouverture et diversité   Le rez-de-chaussée, voué à contenir toute l’effervescence de l’auberge, est conçu comme une grande halle ouverte, prolongée à l’extérieur par une belle terrasse. L’absence de séparation fixe permet une grand flexibilité pour l’organisation, par exemple, d’une soirée cinéma ou d’un bal. La symétrie et la massivité de la structure en bois soulignent le caractère communautaire de l’espace. Derrière la halle se trouvent la cuisine et la réception, ainsi que le séjour « lounge ». Le cheminement du personnel est conçu de manière à interférer le moins possible avec les flux de visiteurs. Un meuble sculptural et articulé sert d’interface entre les espaces servants et l’espace servi. Sa géométrie irrégulière rompt avec la symétrie de la halle, elle définit des sous-espaces tout en les reliant entre eux. Ainsi, il favorise l’échange et les regards entre les résidents.      Intimité et convivialité   La rencontre et la solitude sont deux aspects du voyage qui se côtoient étroitement. L’une ne doit pas être favorisée aux dépends de l’autre : que l’on veuille écrire une carte ou faire une sieste, lire un livre au salon ou se retrouver au bar, les besoins d’intimité et de convivialité coexistent en chaque résident. Le projet porte une grande attention à répondre à tout ce spectre de besoins. En chambre, les lits sont conçus comme des cocons de confort et de privacité, surtout dans les chambres de type « L ». Chaque chambre dispose de son petit bureau et d’un espace de séjour. L’entrée fait office de sas entre chambre et couloir. Au rez-de-chaussée, le séjour « lounge » offre une atmosphère intimiste et plus calme que dans la grande halle.     Interventions en façade   Les fenêtres sont remplacées par des triples vitrages, les stores et les garde-corps sont discrets et conçus de manière à conserver une cohérence architecturale d'ensemble. L'unique nouvelle ouverture en façade, qui mène à la terrasse, est clairement identifiable comme une intervention ultérieure. Cependant, son encadrement en béton est dessiné de manière à s'intégrer dans la composition d'ensemble. Certains éléments non originaux et obsolètes tels que le pont d’accès au nord et l’avant-toit de l’entrée sont éliminés. En guise de remplacement de ce dernier, une construction filigrane et intégrée dans l’embrasure de la porte est proposée, afin de ne pas perturber la lecture de la façade.      Accessibilité et sécurité   La vocation publique de l’Auberge des Sablons implique la prévention de toute discrimination. Le projet en fait une priorité. Concrètement, il va au-delà des exigences du concours: l’intégralité des chambres et de leurs salles de bains, ainsi que les circulations y menant sont accessibles conformément à la SIA 500. L’organisation du plan sans demi-étages, avec une entrée secondaire à niveau, permet une utilisation aisée aux personnes avec handicap. La disposition de la cage d’escalier et de la sortie de secours est aussi un atout pour l’évacuation du bâtiment, car elle libère le foyer des contraintes liées aux chemins de fuite.      Aménagements extérieurs   Aux deux axes d’arrivée, des rangées d’arbres et de plates-bandes guident le visiteur, mettent en valeur et délimitent les espaces extérieurs. L’aire de jeux est sur la place principale, sa configuration exacte est laissée libre à ce stade du projet. La situation de l’entrée principale est maintenue. L’entrée secondaire à l’arrière est accessible en chaise roulante, sert d’accès pour les livraisons et de sortie de secours.     Equipe: Laurent Nicolet, Patrick Meier
       
     

Concours 2019 - L’Auberge des Sablons

Patrimoine

Le bâtiment de l’école des Sablons possède une valeur patrimoniale indéniable. Outre son classement de bâtiment « pittoresque » et digne de protection selon le recensement cantonal, la carte thématique "Neuchâtel et ses identités" des objectifs d’aménagement de la ville qualifie l’édifice d’"objet architectural de valeur dans son site". L’architecture de sa façade est un bel exemple du style historiciste local du tournant du siècle, une relique de l’époque où les chemins de vignes faisaient bientôt la place aux rues.

Le projet conserve strictement la volumétrie actuelle ainsi que les façades, sauf quelques exceptions décrites plus loin. La piste d’un agrandissement du volume, possible légalement, dénaturerait l'architecture du tout et n’est donc pas empruntée. Le toit est reconstruit à l’identique.


Vision pour Neuchâtel

Outre cette stratégie de conservation du patrimoine, il nous faut considérer les enjeux fonctionnels et culturels de la future auberge de jeunesse de Neuchâtel. Haute efficience énergétique, accessibilité et normes de constructions actuelles font partie du cahier des charges.

La conservation des planchers et murs intérieurs supposerait une planification et une exécution onéreuses, de l'incertitude dans le respect des délais et des coûts, et ceci sans plus-value suffisante.

Un aspect primordial de ce projet, trop peu évoqué, est la vocation culturelle de l’auberge de jeunesse. Celle-ci est une formidable carte de visite pour Neuchâtel, ville de formation, d’innovation et de séjour.

La structure intérieure est éliminée au profit du confort et de l’attractivité du lieu.

Adieu l’école, place à l’Auberge des Sablons!

Construction de qualité, écologique et économique

Après l’élimination complète des éléments intérieurs, une construction modulaire de parois et de planchers en bois vient s’insérer entre les murs centenaires préservés. Ce mode constructif modulaire met l’accent sur la préfabrication en usine, il est donc économique et très rapide d’exécution. L’ensemble obtient stabilité et autonomie structurelle par l’assemblage des modules horizontaux et verticaux. Seuls le radier et la gaine d’ascenseur sont réalisés en béton armé. La composition et les détails de raccordements des parois et des planchers sont conformes aux exigences élevées d’isolation thermique et phonique ainsi que de protection incendie. Le chauffage au sol et la ventilation mécanique participent également au confort des résidents.

Le choix du bois comme principal matériau de construction est tourné vers la région et vers l'avenir. La capture du CO2 par le matériau et sa production dans les forêts de l'arc jurassien, ainsi que son assemblage par l'industrie locale et son recyclage en fin de vie sont les principaux avantages du bois. Ce mode constructif favorise le choix de matériaux à faible empreinte carbone, et exempts de solvants. Tous ces aspects, combinés à un approvisionnement en énergie 100% renouvelable, une installation photovoltaïque, un renouvellement d’air automatique et un monitoring énergétique, permettent d’obtenir le label Minergie P Eco.


Installations: principe et utilisation simples

Dans les nouveaux combles, isolés, cinq monoblocs de ventilation à récupération de chaleur alimentent les différents secteurs de l’auberge. La prise d’air frais et le rejet d’air vicié se font directement en toiture. La distribution se fait par des gaines bien dimensionnées d’un mètre carré de section, puis horizontalement par des faux plafonds. Un chauffage à copeaux de bois est proposé. Le grand local technique et le local de stockage au sous-sol, ainsi que leur situation proche de l’aire de livraison, s’y prêtent particulièrement. Le pan sud du toit est équipé de panneaux photovoltaïques intégrés à fleur.

Ouverture et diversité

Le rez-de-chaussée, voué à contenir toute l’effervescence de l’auberge, est conçu comme une grande halle ouverte, prolongée à l’extérieur par une belle terrasse. L’absence de séparation fixe permet une grand flexibilité pour l’organisation, par exemple, d’une soirée cinéma ou d’un bal. La symétrie et la massivité de la structure en bois soulignent le caractère communautaire de l’espace. Derrière la halle se trouvent la cuisine et la réception, ainsi que le séjour « lounge ». Le cheminement du personnel est conçu de manière à interférer le moins possible avec les flux de visiteurs. Un meuble sculptural et articulé sert d’interface entre les espaces servants et l’espace servi. Sa géométrie irrégulière rompt avec la symétrie de la halle, elle définit des sous-espaces tout en les reliant entre eux. Ainsi, il favorise l’échange et les regards entre les résidents.


Intimité et convivialité

La rencontre et la solitude sont deux aspects du voyage qui se côtoient étroitement. L’une ne doit pas être favorisée aux dépends de l’autre : que l’on veuille écrire une carte ou faire une sieste, lire un livre au salon ou se retrouver au bar, les besoins d’intimité et de convivialité coexistent en chaque résident. Le projet porte une grande attention à répondre à tout ce spectre de besoins. En chambre, les lits sont conçus comme des cocons de confort et de privacité, surtout dans les chambres de type « L ». Chaque chambre dispose de son petit bureau et d’un espace de séjour. L’entrée fait office de sas entre chambre et couloir. Au rez-de-chaussée, le séjour « lounge » offre une atmosphère intimiste et plus calme que dans la grande halle.

Interventions en façade

Les fenêtres sont remplacées par des triples vitrages, les stores et les garde-corps sont discrets et conçus de manière à conserver une cohérence architecturale d'ensemble. L'unique nouvelle ouverture en façade, qui mène à la terrasse, est clairement identifiable comme une intervention ultérieure. Cependant, son encadrement en béton est dessiné de manière à s'intégrer dans la composition d'ensemble. Certains éléments non originaux et obsolètes tels que le pont d’accès au nord et l’avant-toit de l’entrée sont éliminés. En guise de remplacement de ce dernier, une construction filigrane et intégrée dans l’embrasure de la porte est proposée, afin de ne pas perturber la lecture de la façade.


Accessibilité et sécurité

La vocation publique de l’Auberge des Sablons implique la prévention de toute discrimination. Le projet en fait une priorité. Concrètement, il va au-delà des exigences du concours: l’intégralité des chambres et de leurs salles de bains, ainsi que les circulations y menant sont accessibles conformément à la SIA 500. L’organisation du plan sans demi-étages, avec une entrée secondaire à niveau, permet une utilisation aisée aux personnes avec handicap. La disposition de la cage d’escalier et de la sortie de secours est aussi un atout pour l’évacuation du bâtiment, car elle libère le foyer des contraintes liées aux chemins de fuite.


Aménagements extérieurs

Aux deux axes d’arrivée, des rangées d’arbres et de plates-bandes guident le visiteur, mettent en valeur et délimitent les espaces extérieurs. L’aire de jeux est sur la place principale, sa configuration exacte est laissée libre à ce stade du projet. La situation de l’entrée principale est maintenue. L’entrée secondaire à l’arrière est accessible en chaise roulante, sert d’accès pour les livraisons et de sortie de secours.


Equipe: Laurent Nicolet, Patrick Meier


Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 1.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 2.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 3.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 4.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 5.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 9.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 10.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 021 Sablons 190208 11.jpg