Porrentruy - Centre de Recherche et Consérvation - Jurassica      Urbanisme     Le campus du Jurassica Museum s’étend de la vieille ville de Porrentruy jusqu’au parc de la Villa Beucler en contrebas. Il est composé d'une séquence variée d’espaces verts, de passages et de bâtiments dédiés aux sciences naturelles. La topographie et la relation des parcelles à la rue donnent naissance à un élément omniprésent de l’espace urbain: le mur d’enceinte et de soutènement. Le mur est plus qu’un marquage physique du parcellaire – il est la façade du jardin qu’il renferme. Il est le parc fait architecture.  Partant de ce constat, le projet complète et clôt le tracé du mur d’enceinte existant. L’entrée ouest est surmontée d’un couvert qui accompagne le piéton jusqu’à son but. Ce couvert de liaison est en bordure du parc, à la manière d’une arcade. Depuis la rue, le regard est guidé vers l’entrée jusque dans la profondeur du parc, intrigué par le contraste entre la rudesse minérale de la rue et la beauté luxuriante du jardin.  Le centre de recherche et de conservation (CRC17) s’adosse au mur et s’ouvre sur le parc. Le volume bâti est très compact et positionné à l’extrémité sud-ouest du périmètre d’intervention. Le parc est ainsi préservé et mis en valeur. Il ouvre le dialogue entre la villa Beucler et le CRC17, accentué par le couvert de liaison.     Aménagements extérieurs    Dans le parc de la Villa Beucler, le cheminement se fait par un réseau principal goudronné et un réseau secondaire gravillonné. La surface goudronnée entoure la Villa Beucler et la relie aux portes nord, est et ouest du parc. Selon le projet, le cheminement depuis la porte ouest est valorisé et prolongé jusqu’au CRC17. La liaison est couverte par une structure légère en bois, qui fait également office de toit pour l’entrée et la terrasse du nouveau bâtiment.  Les arbres existants sont conservés, à l’exception d’un arbre près de l’entrée ouest. Le parc est un jardin de sculptures, un jardin botanique et un arborétum. Ce rôle triple est maintenu et renforcé. Une des figures présente dans l’aménagement existant est la végétalisation de faible hauteur et variée en bordure du chemin principal, ponctuée de sculptures. Cette figure est reprise le long du chemin de liaison, soulignant le caractère contemplatif et muséal de ce dernier.    Programme    La répartition des éléments du programme en plan et en coupe suit la gradation des espaces publiques et ouverts jusqu’aux espaces privatifs et fermés, tout en garantissant des trajets courts entre les différents locaux. Le rez-de-chaussée accueille les espaces pédagogiques et l’administration. Le 1er étage est dédié à la recherche. Les bibliothèques et la collection standard sont placées au 2ème étage. Au sous-sol sont rassemblées les collections spéciales, là où les conditions climatiques sont les plus stables. L’expression architecturale de la façade souligne l’ossature et le degré d’ouverture des espaces contenus. L’enveloppe donne à lire trois couches horizontales. La hauteur apparente des étages augmente du bas vers le haut, dans un jeu de savant de proportions.  Le dernier étage est mis en valeur par sa hauteur apparente et le raffinement du bardage de bois ajouré. Ce dernier évoque un rideau léger dissimulant un contenu précieux. Il exprime la mission de conservation du CRC17.     Structure et construction    Le système structurel, construction hybride bois-béton, suit la trame en plan de sept carrés par sept. Le noyau central en béton armé contenant le monte-charge et l’escalier, huit poteaux et une dalle en béton armé reliant le tout, assure le contreventement. La résistance aux charges sismiques est garantie, ainsi que la possibilité de surélever le bâtiment d’au moins un étage. En façade, les poteaux en bois massif complètent la structure porteuse. Des dalles hybrides en bois massif (planches juxtaposées et tourillonnées) et en béton armé portent du noyau à la façade, sans aucun porteur intermédiaire et avec une hauteur statique réduite. Au sous-sol, les murs périphériques en béton armé reprennent les charges en façade.  La réalisation de l’enveloppe est pensée en éléments de façade en bois préfabriqués. Le haut degré de répétition des éléments permet de grandes économies lors de la planification, la production, le montage et l’entretien.     Technique et physique du bâtiment     Le bâtiment, au volume compact, est réalisé en concordance avec le label Minergie-P et remplit les critères pour une consommation d’énergie de chauffage et des coûts d’entretien réduits. L’enveloppe est constituée d’une façade en bois isolée à la laine minérale et de fenêtres à triple vitrage.  Les stores textiles extérieurs protègent contre la surchauffe estivale et l’éblouissement éventuel. Les dalles en béton et hybrides bois-béton bénéficient, de par leur masse, d’une grande inertie thermique et acoustique.  Selon les différentes exigences climatiques et l’emplacement des locaux, plusieurs unités de ventilation sont constituées. Des unités compactes et autonomes de climatisation et de déshumidification garantissent les conditions atmosphériques requises au sous-sol pour les collections spéciales et au 2ème étage pour la collection standard. Deux unités situées au 2ème étage desservent directement la collection standard et les bibliothèques, afin de minimiser la longueur des conduites. Les locaux du rez-de-chaussée et du 1er étage sont approvisionnés par le taux d’air frais nécessaire pour une ventilation d’hygiène. Une ventilation naturelle par des vantaux ouvrant est aussi possible.  Le CRC17 est connecté au réseau de chauffage à distance existant. Le chauffage des locaux, par radiateur, est plus réactif qu’un chauffage au sol. Le toit est recouvert de panneaux photovoltaïques.     Protection incendie     Le CRC17 est un bâtiment de faible hauteur (<11m) selon la directive de protection incendie. Les exigences d’évacuation sont remplies par une cage d’escalier centrale. Tous les locaux constituent une seule unité d’utilisation, à l’exception du laboratoire et des locaux techniques. L’évacuation jusqu’à l’extérieur se fait du côté sud, afin de libérer l’accueil des contraintes d’une voie de fuite. Le concept constructif de protection incendie prévoit des classes de résistance au feu de 30 minutes pour les éléments hors sol et de 60 minutes pour les éléments en sous-sol. Le retrait de la façade à la caserne de pompier est de trois mètres au minimum, conformément à la donnée du concours. Différentes mesures compensatoires sont possibles selon la directive de protection incendie. La façade concernée de la caserne n’ayant pas d’ouverture, elle pourrait être requalifiée en une paroi de type EI60 par l’ajout d’une construction légère isolée à la laine minérale à haut point de fusion (>1000°C) et revêtue de plaques de plâtre armées. Cette mesure compensatoire peu coûteuse (variante F selon la directive de protection incendie) permet de réaliser une façade combustible pour le bâtiment du CRC17.     Développement durable     Simplicité, proximité et économie des ressources sont les mots d’ordre de ce projet visant un développement durable. La simplicité du plan et du mode constructif garantissent flexibilité et économie durant tout le cycle vie du bâtiment. La proximité des ressources par l’emploi important de bois massif fixe et réduit les émissions de CO2, en plus d’employer la main d’œuvre locale. L’économie de moyens est atteinte par la compacité du volume bâti, sans oublier que le parc, ressource d’une valeur inestimable, est ainsi préservé.    Vision à long terme     La stratégie d’extension dans le périmètre d’intervention et la perspective d’évolution du site élargi se basent sur deux observations simples de la situation existante. Premièrement, le parc de la Villa Beucler est un espace de grande qualité digne d’être préservé et agrandi. Deuxièmement, l’évolution à long terme est imprévisible car dépendante d’une multitude de facteurs, principalement politiques et économiques. Le projet rempli donc parfaitement le cahier des charges actuel tout en permettant le plus de scénarios possibles à moyen et long terme.  Concrètement, le projet a été conçu pour permettre une surélévation d’un étage au moins. Un agrandissement des surfaces de stockages peut aussi se faire par une extension en sous-sol. À long terme, la possibilité d’un déplacement de la caserne de pompiers laisse entrevoir le potentiel du site futur. Un troisième bâtiment dédié à l’exposition et au stockage pourrait venir compléter la composition d’ensemble.  Trois volumes dans un parc qui dialoguent de par leurs différentes typologies et leur thématique commune, telle est la vision pour le parc du Jurassica Museum.    Concours 2018    Equipe: Laurent Nicolet, Patrick Meier, Daniel Heule
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_02_Couvert.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_03_Innen.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_1.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_2.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_3.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_4.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_5.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_6.png
       
     
  Porrentruy - Centre de Recherche et Consérvation - Jurassica      Urbanisme     Le campus du Jurassica Museum s’étend de la vieille ville de Porrentruy jusqu’au parc de la Villa Beucler en contrebas. Il est composé d'une séquence variée d’espaces verts, de passages et de bâtiments dédiés aux sciences naturelles. La topographie et la relation des parcelles à la rue donnent naissance à un élément omniprésent de l’espace urbain: le mur d’enceinte et de soutènement. Le mur est plus qu’un marquage physique du parcellaire – il est la façade du jardin qu’il renferme. Il est le parc fait architecture.  Partant de ce constat, le projet complète et clôt le tracé du mur d’enceinte existant. L’entrée ouest est surmontée d’un couvert qui accompagne le piéton jusqu’à son but. Ce couvert de liaison est en bordure du parc, à la manière d’une arcade. Depuis la rue, le regard est guidé vers l’entrée jusque dans la profondeur du parc, intrigué par le contraste entre la rudesse minérale de la rue et la beauté luxuriante du jardin.  Le centre de recherche et de conservation (CRC17) s’adosse au mur et s’ouvre sur le parc. Le volume bâti est très compact et positionné à l’extrémité sud-ouest du périmètre d’intervention. Le parc est ainsi préservé et mis en valeur. Il ouvre le dialogue entre la villa Beucler et le CRC17, accentué par le couvert de liaison.     Aménagements extérieurs    Dans le parc de la Villa Beucler, le cheminement se fait par un réseau principal goudronné et un réseau secondaire gravillonné. La surface goudronnée entoure la Villa Beucler et la relie aux portes nord, est et ouest du parc. Selon le projet, le cheminement depuis la porte ouest est valorisé et prolongé jusqu’au CRC17. La liaison est couverte par une structure légère en bois, qui fait également office de toit pour l’entrée et la terrasse du nouveau bâtiment.  Les arbres existants sont conservés, à l’exception d’un arbre près de l’entrée ouest. Le parc est un jardin de sculptures, un jardin botanique et un arborétum. Ce rôle triple est maintenu et renforcé. Une des figures présente dans l’aménagement existant est la végétalisation de faible hauteur et variée en bordure du chemin principal, ponctuée de sculptures. Cette figure est reprise le long du chemin de liaison, soulignant le caractère contemplatif et muséal de ce dernier.    Programme    La répartition des éléments du programme en plan et en coupe suit la gradation des espaces publiques et ouverts jusqu’aux espaces privatifs et fermés, tout en garantissant des trajets courts entre les différents locaux. Le rez-de-chaussée accueille les espaces pédagogiques et l’administration. Le 1er étage est dédié à la recherche. Les bibliothèques et la collection standard sont placées au 2ème étage. Au sous-sol sont rassemblées les collections spéciales, là où les conditions climatiques sont les plus stables. L’expression architecturale de la façade souligne l’ossature et le degré d’ouverture des espaces contenus. L’enveloppe donne à lire trois couches horizontales. La hauteur apparente des étages augmente du bas vers le haut, dans un jeu de savant de proportions.  Le dernier étage est mis en valeur par sa hauteur apparente et le raffinement du bardage de bois ajouré. Ce dernier évoque un rideau léger dissimulant un contenu précieux. Il exprime la mission de conservation du CRC17.     Structure et construction    Le système structurel, construction hybride bois-béton, suit la trame en plan de sept carrés par sept. Le noyau central en béton armé contenant le monte-charge et l’escalier, huit poteaux et une dalle en béton armé reliant le tout, assure le contreventement. La résistance aux charges sismiques est garantie, ainsi que la possibilité de surélever le bâtiment d’au moins un étage. En façade, les poteaux en bois massif complètent la structure porteuse. Des dalles hybrides en bois massif (planches juxtaposées et tourillonnées) et en béton armé portent du noyau à la façade, sans aucun porteur intermédiaire et avec une hauteur statique réduite. Au sous-sol, les murs périphériques en béton armé reprennent les charges en façade.  La réalisation de l’enveloppe est pensée en éléments de façade en bois préfabriqués. Le haut degré de répétition des éléments permet de grandes économies lors de la planification, la production, le montage et l’entretien.     Technique et physique du bâtiment     Le bâtiment, au volume compact, est réalisé en concordance avec le label Minergie-P et remplit les critères pour une consommation d’énergie de chauffage et des coûts d’entretien réduits. L’enveloppe est constituée d’une façade en bois isolée à la laine minérale et de fenêtres à triple vitrage.  Les stores textiles extérieurs protègent contre la surchauffe estivale et l’éblouissement éventuel. Les dalles en béton et hybrides bois-béton bénéficient, de par leur masse, d’une grande inertie thermique et acoustique.  Selon les différentes exigences climatiques et l’emplacement des locaux, plusieurs unités de ventilation sont constituées. Des unités compactes et autonomes de climatisation et de déshumidification garantissent les conditions atmosphériques requises au sous-sol pour les collections spéciales et au 2ème étage pour la collection standard. Deux unités situées au 2ème étage desservent directement la collection standard et les bibliothèques, afin de minimiser la longueur des conduites. Les locaux du rez-de-chaussée et du 1er étage sont approvisionnés par le taux d’air frais nécessaire pour une ventilation d’hygiène. Une ventilation naturelle par des vantaux ouvrant est aussi possible.  Le CRC17 est connecté au réseau de chauffage à distance existant. Le chauffage des locaux, par radiateur, est plus réactif qu’un chauffage au sol. Le toit est recouvert de panneaux photovoltaïques.     Protection incendie     Le CRC17 est un bâtiment de faible hauteur (<11m) selon la directive de protection incendie. Les exigences d’évacuation sont remplies par une cage d’escalier centrale. Tous les locaux constituent une seule unité d’utilisation, à l’exception du laboratoire et des locaux techniques. L’évacuation jusqu’à l’extérieur se fait du côté sud, afin de libérer l’accueil des contraintes d’une voie de fuite. Le concept constructif de protection incendie prévoit des classes de résistance au feu de 30 minutes pour les éléments hors sol et de 60 minutes pour les éléments en sous-sol. Le retrait de la façade à la caserne de pompier est de trois mètres au minimum, conformément à la donnée du concours. Différentes mesures compensatoires sont possibles selon la directive de protection incendie. La façade concernée de la caserne n’ayant pas d’ouverture, elle pourrait être requalifiée en une paroi de type EI60 par l’ajout d’une construction légère isolée à la laine minérale à haut point de fusion (>1000°C) et revêtue de plaques de plâtre armées. Cette mesure compensatoire peu coûteuse (variante F selon la directive de protection incendie) permet de réaliser une façade combustible pour le bâtiment du CRC17.     Développement durable     Simplicité, proximité et économie des ressources sont les mots d’ordre de ce projet visant un développement durable. La simplicité du plan et du mode constructif garantissent flexibilité et économie durant tout le cycle vie du bâtiment. La proximité des ressources par l’emploi important de bois massif fixe et réduit les émissions de CO2, en plus d’employer la main d’œuvre locale. L’économie de moyens est atteinte par la compacité du volume bâti, sans oublier que le parc, ressource d’une valeur inestimable, est ainsi préservé.    Vision à long terme     La stratégie d’extension dans le périmètre d’intervention et la perspective d’évolution du site élargi se basent sur deux observations simples de la situation existante. Premièrement, le parc de la Villa Beucler est un espace de grande qualité digne d’être préservé et agrandi. Deuxièmement, l’évolution à long terme est imprévisible car dépendante d’une multitude de facteurs, principalement politiques et économiques. Le projet rempli donc parfaitement le cahier des charges actuel tout en permettant le plus de scénarios possibles à moyen et long terme.  Concrètement, le projet a été conçu pour permettre une surélévation d’un étage au moins. Un agrandissement des surfaces de stockages peut aussi se faire par une extension en sous-sol. À long terme, la possibilité d’un déplacement de la caserne de pompiers laisse entrevoir le potentiel du site futur. Un troisième bâtiment dédié à l’exposition et au stockage pourrait venir compléter la composition d’ensemble.  Trois volumes dans un parc qui dialoguent de par leurs différentes typologies et leur thématique commune, telle est la vision pour le parc du Jurassica Museum.    Concours 2018    Equipe: Laurent Nicolet, Patrick Meier, Daniel Heule
       
     

Porrentruy - Centre de Recherche et Consérvation - Jurassica

Urbanisme

Le campus du Jurassica Museum s’étend de la vieille ville de Porrentruy jusqu’au parc de la Villa Beucler en contrebas. Il est composé d'une séquence variée d’espaces verts, de passages et de bâtiments dédiés aux sciences naturelles. La topographie et la relation des parcelles à la rue donnent naissance à un élément omniprésent de l’espace urbain: le mur d’enceinte et de soutènement. Le mur est plus qu’un marquage physique du parcellaire – il est la façade du jardin qu’il renferme. Il est le parc fait architecture.

Partant de ce constat, le projet complète et clôt le tracé du mur d’enceinte existant. L’entrée ouest est surmontée d’un couvert qui accompagne le piéton jusqu’à son but. Ce couvert de liaison est en bordure du parc, à la manière d’une arcade. Depuis la rue, le regard est guidé vers l’entrée jusque dans la profondeur du parc, intrigué par le contraste entre la rudesse minérale de la rue et la beauté luxuriante du jardin.

Le centre de recherche et de conservation (CRC17) s’adosse au mur et s’ouvre sur le parc. Le volume bâti est très compact et positionné à l’extrémité sud-ouest du périmètre d’intervention. Le parc est ainsi préservé et mis en valeur. Il ouvre le dialogue entre la villa Beucler et le CRC17, accentué par le couvert de liaison.

Aménagements extérieurs

Dans le parc de la Villa Beucler, le cheminement se fait par un réseau principal goudronné et un réseau secondaire gravillonné. La surface goudronnée entoure la Villa Beucler et la relie aux portes nord, est et ouest du parc. Selon le projet, le cheminement depuis la porte ouest est valorisé et prolongé jusqu’au CRC17. La liaison est couverte par une structure légère en bois, qui fait également office de toit pour l’entrée et la terrasse du nouveau bâtiment.

Les arbres existants sont conservés, à l’exception d’un arbre près de l’entrée ouest. Le parc est un jardin de sculptures, un jardin botanique et un arborétum. Ce rôle triple est maintenu et renforcé. Une des figures présente dans l’aménagement existant est la végétalisation de faible hauteur et variée en bordure du chemin principal, ponctuée de sculptures. Cette figure est reprise le long du chemin de liaison, soulignant le caractère contemplatif et muséal de ce dernier.

Programme

La répartition des éléments du programme en plan et en coupe suit la gradation des espaces publiques et ouverts jusqu’aux espaces privatifs et fermés, tout en garantissant des trajets courts entre les différents locaux. Le rez-de-chaussée accueille les espaces pédagogiques et l’administration. Le 1er étage est dédié à la recherche. Les bibliothèques et la collection standard sont placées au 2ème étage. Au sous-sol sont rassemblées les collections spéciales, là où les conditions climatiques sont les plus stables. L’expression architecturale de la façade souligne l’ossature et le degré d’ouverture des espaces contenus. L’enveloppe donne à lire trois couches horizontales. La hauteur apparente des étages augmente du bas vers le haut, dans un jeu de savant de proportions.

Le dernier étage est mis en valeur par sa hauteur apparente et le raffinement du bardage de bois ajouré. Ce dernier évoque un rideau léger dissimulant un contenu précieux. Il exprime la mission de conservation du CRC17.

Structure et construction

Le système structurel, construction hybride bois-béton, suit la trame en plan de sept carrés par sept. Le noyau central en béton armé contenant le monte-charge et l’escalier, huit poteaux et une dalle en béton armé reliant le tout, assure le contreventement. La résistance aux charges sismiques est garantie, ainsi que la possibilité de surélever le bâtiment d’au moins un étage. En façade, les poteaux en bois massif complètent la structure porteuse. Des dalles hybrides en bois massif (planches juxtaposées et tourillonnées) et en béton armé portent du noyau à la façade, sans aucun porteur intermédiaire et avec une hauteur statique réduite. Au sous-sol, les murs périphériques en béton armé reprennent les charges en façade.

La réalisation de l’enveloppe est pensée en éléments de façade en bois préfabriqués. Le haut degré de répétition des éléments permet de grandes économies lors de la planification, la production, le montage et l’entretien.

Technique et physique du bâtiment

Le bâtiment, au volume compact, est réalisé en concordance avec le label Minergie-P et remplit les critères pour une consommation d’énergie de chauffage et des coûts d’entretien réduits. L’enveloppe est constituée d’une façade en bois isolée à la laine minérale et de fenêtres à triple vitrage.

Les stores textiles extérieurs protègent contre la surchauffe estivale et l’éblouissement éventuel. Les dalles en béton et hybrides bois-béton bénéficient, de par leur masse, d’une grande inertie thermique et acoustique.

Selon les différentes exigences climatiques et l’emplacement des locaux, plusieurs unités de ventilation sont constituées. Des unités compactes et autonomes de climatisation et de déshumidification garantissent les conditions atmosphériques requises au sous-sol pour les collections spéciales et au 2ème étage pour la collection standard. Deux unités situées au 2ème étage desservent directement la collection standard et les bibliothèques, afin de minimiser la longueur des conduites. Les locaux du rez-de-chaussée et du 1er étage sont approvisionnés par le taux d’air frais nécessaire pour une ventilation d’hygiène. Une ventilation naturelle par des vantaux ouvrant est aussi possible.

Le CRC17 est connecté au réseau de chauffage à distance existant. Le chauffage des locaux, par radiateur, est plus réactif qu’un chauffage au sol. Le toit est recouvert de panneaux photovoltaïques.

Protection incendie

Le CRC17 est un bâtiment de faible hauteur (<11m) selon la directive de protection incendie. Les exigences d’évacuation sont remplies par une cage d’escalier centrale. Tous les locaux constituent une seule unité d’utilisation, à l’exception du laboratoire et des locaux techniques. L’évacuation jusqu’à l’extérieur se fait du côté sud, afin de libérer l’accueil des contraintes d’une voie de fuite. Le concept constructif de protection incendie prévoit des classes de résistance au feu de 30 minutes pour les éléments hors sol et de 60 minutes pour les éléments en sous-sol. Le retrait de la façade à la caserne de pompier est de trois mètres au minimum, conformément à la donnée du concours. Différentes mesures compensatoires sont possibles selon la directive de protection incendie. La façade concernée de la caserne n’ayant pas d’ouverture, elle pourrait être requalifiée en une paroi de type EI60 par l’ajout d’une construction légère isolée à la laine minérale à haut point de fusion (>1000°C) et revêtue de plaques de plâtre armées. Cette mesure compensatoire peu coûteuse (variante F selon la directive de protection incendie) permet de réaliser une façade combustible pour le bâtiment du CRC17.

Développement durable

Simplicité, proximité et économie des ressources sont les mots d’ordre de ce projet visant un développement durable. La simplicité du plan et du mode constructif garantissent flexibilité et économie durant tout le cycle vie du bâtiment. La proximité des ressources par l’emploi important de bois massif fixe et réduit les émissions de CO2, en plus d’employer la main d’œuvre locale. L’économie de moyens est atteinte par la compacité du volume bâti, sans oublier que le parc, ressource d’une valeur inestimable, est ainsi préservé.

Vision à long terme

La stratégie d’extension dans le périmètre d’intervention et la perspective d’évolution du site élargi se basent sur deux observations simples de la situation existante. Premièrement, le parc de la Villa Beucler est un espace de grande qualité digne d’être préservé et agrandi. Deuxièmement, l’évolution à long terme est imprévisible car dépendante d’une multitude de facteurs, principalement politiques et économiques. Le projet rempli donc parfaitement le cahier des charges actuel tout en permettant le plus de scénarios possibles à moyen et long terme.

Concrètement, le projet a été conçu pour permettre une surélévation d’un étage au moins. Un agrandissement des surfaces de stockages peut aussi se faire par une extension en sous-sol. À long terme, la possibilité d’un déplacement de la caserne de pompiers laisse entrevoir le potentiel du site futur. Un troisième bâtiment dédié à l’exposition et au stockage pourrait venir compléter la composition d’ensemble.

Trois volumes dans un parc qui dialoguent de par leurs différentes typologies et leur thématique commune, telle est la vision pour le parc du Jurassica Museum.

Concours 2018

Equipe: Laurent Nicolet, Patrick Meier, Daniel Heule


Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_02_Couvert.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_03_Innen.jpg
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_1.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_2.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_3.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_4.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_5.png
       
     
Patrick Meier Architekten ETH SIA 020_CRC_181217_6.png